fr

en
  • Mar 30 Juil 2013
  • 2 Commentaire(s)
  • Imprimer
  • Partager avec
Naturalisation ou pas des apatrides de Côte d’Ivoire...
par : AFRICAVIEW NET

 

Certains veulent dénier le droit de nationalité à certains apatrides nés dans notre pays avant et depuis l'indépendance, c'est une injustice....
D'autres veulent ici et maintenant sans aucun débat républicain accorder à des milliers d'étrangers dans un pays qui sort à peine d'une crise identitaire de prêt d'une vingtaine d'année, dont le dernier recensement de la population date de plus de 10 ans et le nombre exact des étrangers méconnu, c'est un autre zèle de trop et le manque de démocratie...

Observations générales:
Nous autres qui avons eu la chance de vivre à l'étranger et connaître l'immersion dans d'autres peuples savons que la nationalité ne s'acquiert pas uniquement par le lien du sang, l'attachement au sol de naissance peut être considéré, et même la double nationalité est envisageable. Mais il convient de constater que le législateur ivoirien constatant la très grande immigration de nos frères de la sous-région en CI a opéré le choix du jus sanguis afin d'éviter que les nationaux ne soient dépossédés de leur patrimoine national, tant la jouissance de la nationalité d'une nation est liée à la redistribution de la richesse nationale (services sociaux, fonction publique, foncier rural, etc), surtout que la très grande, génereuse et légendaire hospitalité ivoirienne ne recoit pas le parallèle et la reciprocité des pays tiers de la CEDEAO.

Analyse:
Par ailleurs, ma réflexion sur le sujet de la nationalité ne sera pas exhaustive, tant il déchaîne les passions politiques et les esprits, mais je voudrais dire tout simplement que la question de la nationalité relève de la souveraineté exclusive de chaque nation, en effet une nation est libre de donner ou refuser sa nationalité à qui elle veut, mais tout cela dans un cadre républicain, aucun traité de droit international n'a de préemption sur le droit interne de nationalité ou ne peut être utilisé comme un prétexte, une injonction ou une interférence. D'autre part, quand la matière de Droit d'Immigration et de Nationalité Américaine m'a été proposée en option aux USA, je n'ai pas hésité car je voulais comprendre le mécanisme du fonctionnement moderne du droit d'Immigration et de nationalité.

En effet, au point de vue juridico-économique, l'immigration et la nationalité sont intimement liées, c'est comme le recto et le verso d'une pièce ou d'une feuille. Tout État moderne soucieux du bien-être et du futur de ses nationaux fait d'abord une évaluation serieuse de ses ressources avant toute reforme d'Immigration et de nationalité. Il est aussi immportant de noter qu'avant l'adoption du jus solis (droit du sol), tout État moderne s'assure d'abord d'avoir une administration d'Immigration en place, un arsenal juridique et un systéme judiciare d'Immigration opérationnels pouvant implémenter sa loi d'Immigration, et des frontières moins poreuses, autrement cet État sera envahi, surtout quand cet État a un relatif développement au-dessus de ses voisins. En effet, le flux d'immgration est contingent à l'économie d'une nation, un pays qui jouit d'une bonne santé économique est considéré comme un havre magnétique pour les immigrants.

En plus de la dimension juridique et économique, l'immigration a un aspect sociologique à analyser. Il faudrait que le politique prépare sociologiquement l'esprit de ses nationaux à accepter comme nouveaux-nationaux les entités sociales considérées hier comme des étrangers afin de favoriser pacifiquement leur intégration et leur coexistence, d'où la nécessité d'un débat national, républicain et franc afin d'informer et éduquer la population d'avance. Comment faire comprendre à un vieux illétré au village que celui qu'il considérait à une date récente comme étranger pourrait valablement détenir une propriété foncière et légitimement aspirer à être un notable au village, tel est le challenge de nos élus et députés, qui doivent être envoyés sur le terrain.

Constats et propositions:
La CI a un très serieux problème d'immigration, le dire n'est pas être xénophobe, mais il est au contraire très malhonnête intellectuellement de l'ignorer en sautant mains et pieds liés pour ne débattre uniquement que de la question de nationalité. La CI bat le plus grand record officiel au monde du taux d'immigrants (35%), il y a des colonies villageoises d'étrangers qui se sont installées et continuent de s'installer sans que cela interpelle et souvent en violation de notre souveraineté, le cas d'Amadé Ourémie est patent. Le pays sort à peine d'une crise identitaire de deux décennies, la thématique de l'immigration doit être dépassionnément abordée sans faux-fuyants, sinon nous risquons de recréer une nouvelle bombe à retardement pour la future génération.

Je ne dis pas de fermer la CI aux autres, mais nous devons faire l'évaluation de nos ressources et voir combien d'immigrants le pays peut responsablement accueillir afin de faire face décemment à leurs besoins sans empiéter sur ceux de nos nationaux. Par ailleurs, il est très aberrant de constater qu'après 50 ans d'indépendance le pays ne dispose pas encore d'une administration d'Immigration. Il est temps de songer à mettre en place un office d'Immigration, indépendant et apolitique qui penche seurieusement et techniquement sur la question d'immigration, ce n'est pas aller contre l'esprit d'intégration de la CEDEAO, car le Ghana, le Nigeria disposent d'une administration d'Immigration responsable. Il est très archaïque de confier le contrôle des flux humains à la Douane dont la compétence est le contrôle des biens et services. Un office d'Immigration pourrait générer assez d'économie et de milliers d'emplois pour nos jeunes.

Conclusion:
La CI demeure une terre d'accueil et doit la demeurer, mais ceci dans le respect d'un minimum de modernité Républicaine. La CI d'Houphouēt Boigny ne sera pas forcément la nôtre d'aujourd'hui, car notre population s'est considérablement accrue et nous faisons face à plusieurs défis absents au temps de l'indépendance où le père de la nation avait désespérement besoin d'une main d'oeuvre. Aujourd'hui le chômage est endémique, nous avons une urgence de créer des emplois pour nos jeunes. Créons une nation moderne et projetons responsablement le pays vers un avenir radieux sans conflit. Finalement, même si le cas des apatrides n'est pas une urgence face aux nombreux problèmes que compte la CI d'aujourd'hui, il convient humainement et hospitalièrement de statuer sur leur cas, mais dans un débat très ouvert, consensuel et républicain.
Que Dieu bénisse la CI!

Afari Kouakou

Juriste, socio-politologue et Pasteur

  • Mar 30 Juil 2013
  • 2 Commentaire(s)
  • Imprimer
  • Partager avec
Visitée fois
 

Poser un commentaire

Code de sécurité

2 Commentaire(s)

Patrick93Patrick93, le Jeu 31 Oct 2013 à 13:52:42

Je m’arrête très souvent sur votre site que j’apprécie beaucoup, cela me permet de m’évader et de penser à autres choses....Que du bonheur !! Merci Cabinet de voyance - http://www.rose-voyance.com

PhyllisBugPhyllisBug, le Mer 15 Février 2017 à 16:43:24

wh0cd866960 additional reading

PETITION

Pétition : Opération «ENSEMBLE, mettons FIN à la FRANÇAFRIQUE»

Nous lançons l’opéra tion « ENSEMBLE, mettons FIN à l a FRANÇAFRIQUE»    L’opéra tion «ENSEMBLE, mettons FIN à l a FRANÇAFRIQUE»... Lire plus»

Sigez la Pétition | Cliquez Ici

AfricaView Radio

Sondage

Qui est l'homme de l'année 2011 en Côte d'Ivoire?







Annonces Classées

Plus d'Annonces  »

Facebook