fr

en
  • Mer 24 Juil 2013
  • 2 Commentaire(s)
  • Imprimer
  • Partager avec
Jusqu'où iront les hommes de Dieu ?
Fodjo Kadjo Abo
par : AFRICAVIEW NET

Cent milliards de francs CFA ! Tel est le préjudice provisoire de la plus vaste escroquerie jamais déplorée au Benin. Et, tenez-vous bien ! Cet exploit a été réalisé par une structure de placements d’argent, ICC-services, avec la complicité et la bénédiction de respectables Eglises évangéliques !

Ô, Seigneur Jésus ! Quand reviendras-tu pour mettre de l’ordre dans ton Eglise ? La pagaille y règne aujourd’hui sans partage. Il s’y passe des choses graves qui la discréditent et souillent ton image ! Que viennent chercher des pasteurs dans une affaire de placements d’argent ? Quel rapport y a-t-il entre la parole de Dieu qu’ils se sont donné pour mission d’enseigner et l’épargne ? Jusqu’où les laisseras-tu aller ?

L’actualité mondiale a été récemment dominée par des scandales sexuels commis par d’éminents prêtres de l’Eglise catholique. A peine l’opinion s’est-elle remise de ses émotions que d’autres Eglises prennent la relève et s’illustrent par le plus gros scandale financier de l’histoire d’un pauvre pays comme le Benin.

Ces scandales, quoiqu’inconcevables, seraient plus digestes s’ils étaient des cas isolés ; on ne peut pas juger une institution à partir du comportement de quelques-uns de ses membres. Il se trouve que les bassesses sont devenues monnaie courantes dans les religions se disant révélées.

Depuis quelques décennies, des illuminés nous ont habitués à des suicides collectifs et attentat-suicides aussi stupides que dramatiques provoqués, commandités ou encouragés par des guides spirituels de ces religions.

On aurait du mal à dresser aujourd’hui la liste des familles en crise ou ayant volé en éclats suite à des actes adultérins ou incestueux commis par des pasteurs ou encore à la manipulation de fidèles qui ont fini par se dresser contre leurs parents, conjoints ou enfants.

Une nouvelle forme d’esclavage est pratiquée de nos jours dans des Eglises, notamment évangéliques. Des fidèles internés dans des camps de prières pour diverses raisons sont soumis à des travaux forcés soi-disant effectués à la gloire de Dieu. Des guides spirituels se sont ainsi offert de la main-d’œuvre gratuite qui leur a permis d’être propriétaires d’entreprises ou exploitations agricoles très florissantes.

Devenues des centres de santé par la force des choses, des églises accueillent des malades, de plus en plus nombreux à confier leurs sorts à des pasteurs et à de soi-disant prophètes qui prétendent pouvoir les guérir par la prière, le jeûne et des offrandes.

Ces guides spirituels savent très bien qu’ils ne peuvent rien apporter à ceux que la pauvreté et le désespoir conduisent vers eux ; mais ils les font rêver et jouent avec leurs vies parce qu’ils ne veulent pas perdre des occasions de rentrées d’argent. Certains ont même le culot de diaboliser les soins médicaux. Le résultat de cette imposture se passe de commentaires : rares sont les malades qui repartent vivants ou soulagés de leurs camps, devenus, pour ainsi dire, l’antichambre de la mort.

Rares sont les activités lucratives, même illicites, auxquelles les hommes de Dieu ne s’intéressent pas de nos jours. Des trafics de tous genres leur sont souvent reprochés. Il ne manque à des églises, pour être des pompes funèbres, que la vente de cercueils, la conservation de dépouilles et les locations de corbillards : de plus en plus, on y organise des veillées funèbres, des levées de corps et des obsèques qui leur rapportent beaucoup d’argent.

Les placements d’argent sont devenus, depuis quelques temps, un créneau juteux pour de nombreuses Eglises, notamment évangéliques. Dans nombre de pays pauvres, des guides spirituels amènent leurs fidèles à souscrire à des opérations financières qui s’avèrent par la suite être des arnaques. 

La guerre qu’a connue la Côte d’Ivoire à la suite du coup d’Etat manqué de 2002 n’a pas fait que des malheureux. Elle a porté bonheur à de nombreux arrivistes. Des individus qui, de façon notoire, tiraient le diable par la queue se sont retrouvés dans l’opulence.

Ces « nouveaux riches » étaient prompts à expliquer l’origine de leur enrichissement soudain sans pour autant dire la vérité à leurs interlocuteurs. Entre autres prétextes invoqués, certains prétendaient avoir fait fortune grâce à des placements d’argent effectués dans des établissements financiers peu connus du grand public.

D’après eux, un souscripteur qui plaçait une somme de cinq cent milles francs, par exemple, pouvait percevoir dix millions de francs d’intérêt au bout de quelques mois, soit un taux de deux mille pour cent.

Des opportunistes ne ratèrent pas l’occasion de tirer parti de cette situation. Ils créèrent des maisons de placements dont ils firent la publicité dans des casernes et des églises avant de toucher le grand public par des annonces faites dans la presse. Leur succès fut si grand que des prédicateurs ne purent résister à la tentation de leur emboîter le pas ou de coopérer avec eux.

Comme ils savent si bien le faire, des pasteurs véreux faisaient défiler devant les autels de leurs églises de faux témoins qui allaient exprimer leur gratitude au Seigneur pour leur avoir permis de faire fortune grâce à leurs placements. Il n’en fallait pas plus pour amener des souscripteurs à se bousculer dans les temples

En vérité, ce sont des Eglises qui avaient donné au scandale des placements d’argent l’importance qu’il avait eue en Côte d’Ivoire. Tant que les précurseurs de ces transactions faisaient leur publicité de bouche à oreille, dans des cercles fermés, leurs victimes n’étaient pas nombreuses. Celles-ci avaient commencé à faire le rang devant les maisons de placements d’argent quand des guides spirituels entrèrent dans la danse.

Des personnes qui hésitaient à s’engager dans ces opérations parce qu’elles leur paraissaient trop belles pour être vraies finirent pas se décider à tenter leur chance quand elles eurent des assurances de la part de pasteurs et de soi-disant prophètes. Pour elles, des hommes et des femmes qui ont l’insigne privilège de parler au nom de Dieu ne pouvaient pas les tromper. 

D’autres pays africains ont eu à déplorer ce genre d’escroquerie. Les Benin est sans doute l’un des tout derniers à faire les frais de la cupidité d’escrocs de grands chemins agissant avec la complicité et la bénédiction d’hommes de Dieu.

Devant l’évidence, l’Eglise évangélique du Benin ne pouvait rien faire d’autre que de se confondre en excuses. Par la voix de son porte-parole, qui est intervenu sur Canal 3 le mercredi 14 juillet 2010, elle a fait son mea culpa sans se gêner d’affirmer que « des dirigeants de l’Eglise évangélique et du christianisme céleste ont dupé et grugé les populations ».

Les victimes d’ICC-services ont sans doute pris acte de ces excuses saintes. Il n’empêche qu’au nom de Jésus elles ont tout perdu et n’ont plus que leurs yeux pour pleurer. Nous autres, nous en sommes à nous demander ce que les hommes de Dieu nous réservent dans les semaines ou les mois à venir. Dans cette attente, prenons patience et soyons vigilants.

Il est grand temps que les Etats prennent leurs responsabilités face à la prolifération des sectes. Les hommes de Dieu ayant démontré leur incapacité à mettre de l’ordre dans leurs rangs, les pouvoir publics doivent avoir le souci de le faire à leur place. Il y va de la protection et de l’intérêt des populations.

N’importe qui peut se lever aujourd’hui et créer une Eglise. Des crapules notoires et des repris de justice se permettent de porter la soutane et de parler au nom de Dieu. Cela ne devrait pas pouvoir se passer dans un pays civilisé.

Dans une nation digne de ce nom, on ne doit pas tolérer que, sous prétexte d’enseigner la parole de Dieu, de soi-disant prédicateurs se constituent en associations de malfaiteurs et sèment la désillusion, la tristesse et la désolation. Que Dieu m’entende !

                                                                                    Fodjo Kadjo Abo

  • Mer 24 Juil 2013
  • 2 Commentaire(s)
  • Imprimer
  • Partager avec
Visitée fois
 

Poser un commentaire

Code de sécurité

2 Commentaire(s)

Marie-AngeMarie-Ange, le Mar 06 Ao&u 2013 à 10:59:54

A Fodo kadjo Abo Derrière certaines professions reputées pour etre respectables, se cachent souvent les plus grands escrocs. L'Afrique ne doit pas accepter des prêts d'argent sinon, elle s'endettera encore plus comme tous les pays européens...Pour laisser parler les bonimenteurs, sans verifier leurs dires, l'afrique tombe sous leur joug et la population appauvrie redevient leur esclave...Il faut denoncer de tels faits publiquement et deposer plainte pour qu'une enquete fasse juger les responsables meme portant une soutane ! -/-

Fodjo ABOFodjo ABO, le Mer 25 Sep 2013 à 18:56:18

Merci de votre aimable commentaire, ma chère Marie Ange. Que Dieu vous bénisse.

PETITION

Pétition : Opération «ENSEMBLE, mettons FIN à la FRANÇAFRIQUE»

Nous lançons l’opéra tion « ENSEMBLE, mettons FIN à l a FRANÇAFRIQUE»    L’opéra tion «ENSEMBLE, mettons FIN à l a FRANÇAFRIQUE»... Lire plus»

Sigez la Pétition | Cliquez Ici

AfricaView Radio

Sondage

Qui est l'homme de l'année 2011 en Côte d'Ivoire?







Annonces Classées

Facebook