fr

en
  • Dim 02 Juin 2013
  • 0 Commentaire(s)
  • Imprimer
  • Partager avec
Mamadou Koulibaly, président de LIDER dans le quotidien camerounais Mutations: ''Non, Gbagbo n'a pas gagné les élections''
Professeur Mamadou Koulibaly, leader de LIDER
par : AFRICAVIEW NET
 
''Il a laissé faire tout et n'importe quoi''
''La rébellion, c'est Ouattara''
Dans cette interview pamphlétaire accordée à « Mutations », un journal Camerounais, Koulibaly Mamadou, président de Lider et ancien compagnon de Laurent Gbagbo, fait un procès en règle du régime Ouattara et tire à boulets rouges sur le pensionnaire de la prison de la Haye, allant jusqu’à affirmer « qu’il n’a pas gagné les élections de 2010 ».

Laurent Gbagbo est à la Cour pénale internationale depuis bientôt deux ans, est ce que vous lui avez rendu visite ?

Non, et je ne pense pas qu’il l’ait sollicité. Nous ne sommes plus en contact.

Comment expliquez-vous cela, vous qui avez été l’un de ses plus proches collaborateurs et un idéologue du Front populaire ivoirien (Fpi) ?

J’ai été chassé du Fpi. Alors que j’en étais le président intérimaire et que je cherchais à remobiliser les troupes en restructurant la machine et procédant à un bilan, afin de ne plus répéter les erreurs qui nous avaient conduits dans le mur, l’on m’a fait savoir qu’ «on n’attache pas bagages avec Dioula» et que je n’avais pas le droit de reformater le parti pour en faire une force d’opposition debout contre Ouattara tant que Gbagbo était en prison. Les dirigeants du Fpi ont choisi de s’enfermer dans leur sectarisme et de ne rien faire tant que Gbagbo n’est pas libéré.

Je leur ai expliqué qu’on ne savait pas combien de temps il resterait en prison, j’ai pris l’exemple de l’Afrique du Sud, en leur disant que si l’Anc avait attendu la libération de Mandela pour se restructurer et continuer le combat, ils se seraient assis sur leurs talons pendant au moins 27 ans. Je leur ai démontré qu’il fallait que nous nous remobilisions par cercles concentriques, parce que c’était nos actions qui allaient permettre de faire libérer nos camarades, et que ce n’était pas à ceux qui étaient enfermés à Korhogo, Bouna, Boundiali de venir nous sauver, mais plutôt le contraire, mais l’on m’a répondu qu’ «en l’absence du créateur, on ne touche pas à la créature». Moi, je n’ai pas l’habitude de rester les bras ballants face à l’adversité. Je trouve les actions entreprises par le nouveau régime en Côte d’Ivoire trop destructrices pour laisser Ouattara sans opposition et sans contrepouvoir fort en face de lui.

J’ai créé le parti LIDER et depuis, nous avons repris le flambeau de la lutte pour un retour à l’Etat de droit, pour réconcilier les populations, pour critiquer le gouvernement quand il déraille ou est dans l’erreur, pour exposer ses mensonges institutionnels et pour proposer des alternatives efficaces aux Ivoiriens.

Que pensez-vous du régime Gbagbo ?

C’est dommage. Il y a des choses que beaucoup de gens ne savent pas. Le Fpi a gouverné, mais n’a pas gouverné seul. Pendant dix ans, Gbagbo était sur le fauteuil et Ouattara gouvernait. C’est cela qui est la vérité. Le Fpi n’a jamais géré la Côte d’Ivoire seul.

En 2002, Alassane Ouattara, qui n’était pas d’accord avec les résultats de l’élection présidentielle et les résultats des législatives et municipales, a créé la rébellion. Après les différents accords signés depuis Marcoussis jusqu’à Ouagadougou en passant par Lomé, Accra, Pretoria, des ministres du rassemblement des républicains (Rdr) d’Alassane Ouattara et du parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) sont entrés au gouvernement, ainsi que des rebelles. Et chacun ne répondait qu’à sa hiérarchie politique.

Après la guerre, tous les chefs rebelles ont d’ailleurs été nommés, soit dans l’armée, soit dans le corps préfectoral. Ouattara a partagé le pays parce que les anciens rebelles l’exigeaient. Ce n’est plus un secret, c’est lui qui a fait la tentative de coup d’Etat en 2002 puis qui a organisé la rébellion. La Côte d’Ivoire a été partagée comme un gâteau. Tout ce que la Côte d’Ivoire a fait entre 2002 et 2010, c’était tout ce que Ouattara voulait.

Dès lors, vous étiez la deuxième personnalité du pays, en tant que président de l’Assemblée nationale, pourquoi vous n’avez rien fait ?

Dans les régimes présidentiels, il n’y a pas de numéro 2 du régime. Le décompte commence au numéro un et s’arrête au numéro 1. Seul le président de la République décide, le parlement n’a qu’un rôle protocolaire. Cependant, j’ai refusé de plier dès Marcoussis, mais Gbagbo a dit que c’était un médicament amer, qu’il fallait l’ingurgiter pour avoir la paix.

Malheureusement, Gbagbo a laissé faire tout et n’importe quoi, parce qu’il pensait que c’était le meilleur moyen de montrer sa bonne foi. L’aile lucide du parti, dont j’étais le chef de file, a été présentée comme l’aile dure et mise ainsi à l’écart.

A chaque fois que je me suis opposé, certains cadres du parti allaient dire que je ne voulais pas la paix ou que je contestais son autorité. Gbagbo gouvernait par ordonnances, comme Ouattara aujourd’hui.Le résultat c’est que non seulement il n’a pas eu la paix, mais, aujourd’hui, il est en prison, laissant le pays dans le chaos, l’incertitude, entre les griffes des différentes mafias qui ont gangréné l’Etat. Nous savions depuis longtemps que c’était Ouattara qui avait réellement le pouvoir. Le Rdr est au pouvoir depuis dix ans. Ses ministres ne répondaient que de lui.

De manière concrète, quels étaient vos rapports avec l’ancien président, Laurent Gbagbo ?

A la fin du règne, il y avait quelques incompréhensions liées à la manière dont le pays était gouverné. Les tensions sont véritablement apparues lorsque j’ai compris qu’il y avait une sorte de laissez-allez au sein du parti. Certains cadres avaient des pratiques qui étaient peu conformes à l’éthique. Nominations dans les administrations, parrainage de leurs enfants dans les grandes écoles, corruption. Lorsque j’ai essayé d’en parler, l’on m’a menacé.

Est-ce que vous en voulez à Laurent Gbagbo ?

Non. Je ne saurais lui en vouloir. Je regrette simplement que nous n’ayons pas réalisé les rêves que nous avions partagés avec les jeunes Ivoiriens et les jeunes Africains. C’est ce qui m’embarrasse le plus. Cela peut laisser penser que nous avons embarqué des gens dans une aventure dont nous ne maîtrisions pas l’issue.

Est-ce que vous aviez les moyens ?

Oui, nous avions les moyens. Le budget de l’Etat était en augmentation chaque année depuis 2002. Cela veut dire qu’il y avait de l’argent dans les caisses et nous aurions pu réaliser nos ambitions. J’ai proposé dès le début de la crise que nous puissions définir une politique telle que ce fût le cas entre Berlin-Ouest et Berlin-Est. C’est-à-dire, comme la Côte d’Ivoire était divisée entre le Nord sous contrôle rebelle et le Sud sous contrôle gouvernemental, il était important que nous puissions massivement investir au Sud, dans l’amélioration des conditions de vie des citoyens, la promotion des droits de l’homme, l’amélioration des infrastructures, de telle sorte que les citoyens du Nord puissent être envieux à l’égard des citoyens du Sud.

Si nous avions travaillé dans ce sens, nous aurions gagné en légitimité. Mais rien n’a été fait. La primature et la présidence étaient en rivalité pour savoir qui allait gaspiller le plus. Nos chantiers ont été abandonnés, pendant que les hommes du système s’enrichissaient et faisaient perdurer la crise plus que nécessaire.

Vous aviez l’argent, vous aviez des ambitions. Qu’est-ce qui a donc causé problème ?

Plusieurs partis politiques, entre autres le Rdr, le Fpi et le Pdci participaient au gouvernement. Leurs principaux objectifs à chacun, étaient de gérer des portefeuilles et rien d’autre. Cette situation avait été voulue par l’accord de Marcoussis, qui portait atteinte à la souveraineté de la Côte d’Ivoire. Je l’ai rejeté et j’avais dit qu’il fallait mettre les rebelles à leur place de rebelles. L’on ne m’a pas écouté.

Par la suite, l’Etat a été transformé en Etat néo-patrimonial, que les différentes formations et acteurs politiques géraient au mieux de leurs intérêts personnels, familiaux et claniques. Le programme de gouvernement pour lequel nous avions été élus en 2000 n’intéressait plus personne, même pas au sein du Fpi où les quelques irréductibles qui tentaient de rappeler leurs camarades à l’ordre, étaient sommés de se taire ou faisaient office de trouble-fêtes.

S’agissant de la crise post-électorale, des zones d’ombre persistent sur un ensemble d’éléments ?

Il n’y a pas vraiment de zones d’ombre. Le président Gbagbo a cédé son pouvoir lorsqu’il a piétiné le travail effectué par l’Assemblée nationale depuis Marcoussis en signant les accords de Pretoria. C’était une énorme erreur tactique, d’autant plus que la médiation du président Thabo Mbeki aurait dû nous inciter à plus de prudence. Nous étions divisés sur la méthodologie qu’il utilisait.

Le président Mbeki nous a dit : «Donnez tout ce que vous pouvez, acceptez tout et puis après, j’en fais mon affaire». Je n’étais pas pour cette approche. Je préconisais plutôt le donnant-donnant : les rebelles font un geste, l’Etat fait un geste. Mais nous avons suivi le médiateur sud-africain, et lorsque que l’Etat a tout accepté et tout donné, les rebelles ont envoyé valser M. Mbeki sans que celui-ci ne frappe du poing sur la table ou n’use de tous ses pouvoirs pour leur faire tenir leurs engagements. Il s’est laissé éjecter du processus sans un mot, après avoir tout obtenu de l’Etat de Côte d’Ivoire et rien obtenu des rebelles.

A cela s’ajoute le fait que Gbagbo ait refusé de porter plainte contre la France après les événements de novembre 2004 et qu’il ait accepté d’aller aux élections sans désarmement préalable, alors que cela était clairement stipulé dans l’accord de Ouaga. Il a commis une succession de fautes graves et n’a pas tiré les leçons de celles qui précédaient.

A-t-il gagné les élections ?

Je ne suis pas le juge des élections. Mais si je ne m’en tiens qu’au résultat, je dirais non.Gbagbo a lui-même, une nouvelle fois, mis la Constitution ivoirienne de côté pour faire appel à un panel de chefs d’Etat africains afin de trancher la question de la victoire électorale. Il a indiqué que la décision de ce panel s’imposerait à tous et que si le panel déclarait qu’il avait perdu, il quitterait le pouvoir. Et le panel a conclu qu’il a perdu les élections.

Quel est le rôle de la France et de l’Onu dans la guerre en Côte d’Ivoire ?

Le France a joué le rôle qu’on lui a donné dans la crise ivoirienne. J’ai toujours dit à mes camarades qu’ils ne peuvent pas dire «oui» à chacune des étapes et venir dire «non» à la fin. En acceptant les accords honteux de Marcoussis, nous nous sommes engagés dans un tunnel avec une seule issue possible. J’ai claqué la porte de Marcoussis parce qu’il m’était intolérable de voir M. Mazeaud, alors président du conseil constitutionnel français, mettre des rebelles sur un pied d’égalité avec l’Etat de Côte d’Ivoire.

En novembre 2004, j’ai préparé l’opération Dignité et lorsqu’avec nos hommes, nous avions mis en déroute la rébellion et exposé la forfaiture de la France à la face du monde après que 63 civils ivoiriens aux mains nues aient été tués par la force Licorne, Gbagbo a catégoriquement refusé de mettre un terme à la crise en portant plainte contre la France à la Cour Internationale de Justice, préférant plutôt faire l’apologie de l’armée française en soulignant, à tout va, son action positive.

Gbagbo Laurent a été le meilleur défenseur de la France dans la crise ivoirienne. Il a tout donné aux Français. Il a renouvelé les concessions de l’eau et de l’électricité à son ami Martin Bouygues, de gré à gré. Pareil pour la téléphonie, qu’il a redonnée hors toute procédure légale à France Télecoms. Il a offert le terminal à conteneurs du port d’Abidjan à Bolloré, sans appel d’offres (…).

Malgré toutes nos mises en garde, il a confié l’élaboration et la gestion du fichier électoral à la Sagem. Sa campagne a été conçue et gérée par Stéphane Fouks, d’Euro RSCG. Un de ses principaux financiers était Bolloré. Il a confié ses sondages à la Sofres, entreprise française. Entre les deux tours, Gbagbo s’est même empressé d’octroyer des blocs pétroliers à la frontière du Ghana au groupe Total, comme ça, cadeau. Dans son livre de campagne de 2010, il fait l’apologie du franc Cfa, allant même jusqu’à écrire que s’il gagne les élections, il ira convaincre le Ghana, le Nigeria etc. de rejoindre la zone franc. Alors, une fois qu’on a fait tout cela, peut-on vraiment s’offusquer de l’ingérence française en Côte d’Ivoire ? Gbagbo a offert la Côte d’Ivoire à la France.

Koulibaly Mamadou, le président de Lider, en entretien avec le journaliste de «  Mutations », dans un grand hôtel de la capitale camerounaise.

Source : Mutations (Cameroun)

 

  • Dim 02 Juin 2013
  • 0 Commentaire(s)
  • Imprimer
  • Partager avec
Visitée fois
 

Poser un commentaire

Code de sécurité

0 Commentaire(s)

[Aucun commentaire n'a encore été publié]
  • À DIEU PAPA MANDELA! LIBEREZ NELSON MANDELA!

    PAPA MANDELA, en toi, le monde entier a pu voir l'Afrique qui est injustement persécutée, violée, violentée, esclavagisée, exploitée, emprisonnée à cause de ses richesses inestimables... Et puis en toi, le monde entier a pu decouvrir l'Afrique qui surmonte ses peines, l'injustice subie, qui pardonne, qui aime, qui enseigne la sagesse, l'Amour du prochain, l'hospitalité, la fraternité et la paix a ux vendeurs de guerres,...Lire plus»

    Posté le Ven 06 Déc 2013 par dans
  • L’argent ne circule plus

    Il y a deux jours, j’ai rendu visite à un ami dont l’épouse gère un bar quelque part à Vridi. Lorsque je lui ai demandé comment allaient ses affaires, elle m’a répondu que c’était dur. « Franchement l’argent ne circule plus. Aucun bar ne marche dans le quartier et c’est partout pareil. Sous Gbagbo, lorsque les brouteurs* coupaient** un Blanc, ils venaient claquer leur argent ici Certains pouvaient dépenser plus...Lire plus»

    Posté le Dim 24 Nov 2013 par dans
  • Jusqu'où iront les hommes de Dieu ?

    Cent milliards de francs CFA ! Tel est le préjudice provisoire de la plus vaste escroquerie jamais déplorée au Benin. Et, tenez-vous bien ! Cet exploit a été réalisé par une structure de placements d’argent, ICC-services, avec la complicité et la bénédiction de respectables Eglises évangéliques ! Ô, Seigneur Jésus ! Quand reviendras-tu pour mettre de l’ordre dans ton Eglise ?...Lire plus»

    Posté le Mer 24 Juil 2013 par dans
  • Mamadou Koulibaly, président de LIDER dans le quotidien camerounais Mutations: ''Non, Gbagbo n'a pas gagné les élections''

    Dans cette interview pamphlétaire accordée à « Mutations », un journal Camerounais, Koulibaly Mamadou, président de Lider et ancien compagnon de Laurent Gbagbo, fait un procès en règle du régime Ouattara et tire à boulets rouges sur le pensionnaire de la prison de la Haye, allant jusqu’à affirmer « qu’il n’a pas gagné les élections de 2010 ». Laurent Gbagbo est à la Cour pénale...Lire plus»

    Posté le Dim 02 Juin 2013 par dans
  • À propods du Révérend Pasteur Martin Luther King - QUAND LA JUSTICE ET LA PAIX S'EMBRASSENT

      Nous sommes le 28 août 1963. Debout, face à une foule immense réunie devant le mémorial de Lincoln à Washington, Martin Luther King déclare avec une conviction contagieuse : « Je fais un rêve ! Et ce rêve, c'est qu'un jour tous les hommes se lèveront et comprendront enfin qu'ils sont faits pour vivre ensemble comme des frères... ». Dans le contexte d'un pays déchiré par une ségrégation...Lire plus»

    Posté le Sam 23 Février 2013 par dans
  • Les conseils d'un sexologue: voici comment réussir un préliminaire...

    Le préliminaire, c’est le moment où tout se joue ! Caresses, baisers, massages sensuels mots doux … Ce qui préparent ou non d'ailleurs à l'acte sexuel et à la pénétration. Découvrez nos conseils et nos idées pour réussir vos préliminaires et rendre votre partenaire fou de désir pour vous. Les rapports sexuels se terminent souvent par l'orgasme masculin, et par la pénétration. Cependant,...Lire plus»

    Posté le Mar 27 Nov 2012 par dans
  • Poésie: A toi Roska

      Rien d'autre à te dire que d'un matin au suivant mon idole tu es. Ou aurais-je pu te trouver dans ce vaste monde sans notre malheur? Sache-le si encore personne de près ou de lointain ne te l'avait dit... Amazone moderne et guerrière de foi tu es, femme à l'esprit affuté La Cote d'Ivoire vraie dans ses entrailles de toi tirera sa fierté Intelligente, courageuse, belle, vaillante! Et jamais ne finiraient tous les bons mots... Kaolin, tu manques...Lire plus»

    Posté le Sam 24 Nov 2012 par dans
  • L`entretien avec Monsieur Toussaint Alain, ancien conseiller et ex-porte parole du président de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo (président de 2000 à 2011)

    Mikhail Gamandiy-Egorov, La Voix de la Russie : Monsieur Alain, bonjour ! Vous êtes ancien conseiller et ex-porte-parole du président Ivoirien renversé en avril 2011, Monsieur Laurent Gbagbo. Aujourd’hui vous êtes Président de « Côte d’Ivoire Coalition, INC » et continuez de défendre toujours aussi activement Monsieur Laurent Gbagbo, victime de putsch. On sait que ce putsch a été réalisé non sans la participation...Lire plus»

    Posté le Mar 30 Oct 2012 par dans
  • Simone Gbagbo et les autres prisonniers politiques Un expert de l’Onu fait des révélations sur leurs conditions de détention

    Doudou Diène, expert indépendant de l’Onu, en visite en Côte d’Ivoire depuis quelque temps, a fait des révélations sur les conditions de détention de l’ex-Première dame, Mme Simone Gbagbo, et des autres cadres pro-Gbagbo, détenus par le régime Ouattara, dans le nord du pays, depuis plus d’un an. C’était hier au cours d’une conférence de presse au siège de l’Onuci, à l’hôtel...Lire plus»

    Posté le Lun 15 Oct 2012 par dans
  • Libéré sous caution, mardi Ce que prépare Koné Katinan

    Avec une voix tonique, l'ex-ministre délégué auprès du ministre de l’Économie et des Finances chargé du Budget, dans le gouvernement Gilbert Aké N'Gbo, nous a confié qu'il préparait, dans les prochains jours, une déclaration qu'il rendra publique. Malgré notre insistance pour lui arracher la toute première interview après sa mise en liberté provisoire, Koné Katinan est resté ...Lire plus»

    Posté le Jeu 27 Sep 2012 par dans

PETITION

Pétition : Opération «ENSEMBLE, mettons FIN à la FRANÇAFRIQUE»

Nous lançons l’opéra tion « ENSEMBLE, mettons FIN à l a FRANÇAFRIQUE»    L’opéra tion «ENSEMBLE, mettons FIN à l a FRANÇAFRIQUE»... Lire plus»

Sigez la Ptition | Cliquez Ici

AfricaView Radio

Sondage

Qui est l'homme de l'année 2011 en Côte d'Ivoire?







Annonces Classées

Facebook