fr

en
  • Dim 16 Sep 2012
  • 0 Commentaire(s)
  • Imprimer
  • Partager avec
Boga Sako Gervais dans une lettre ouverte à Alassane Ouattara : "Vous pourriez soumettre au Parlement un projet de loi d’amnistie, pour tous les pro-GBAGBO, comme l’avait fait votre prédécesseur pour la rébellion "
Dr Boga Sako Gervais
par : AFRICAVIEW.NET

PARIS, le 28 / 08 / 2012

LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT ALASSANE OUATTARA

MONSIEUR LE PRESIDENT,
Devant le chaos qui menace notre pays La Côte d’Ivoire ces jours-ci, il me paraît urgent de vous exhorter, vous et votre gouvernement,  à changer radicalement de politique, afin d’éviter le pire.
D’abord, dès vos premiers pas à la tête du pays, quoique contestant la manière par laquelle vous avez accédé au pouvoir, je fais partie de ceux qui ont salué et applaudi la création de la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation ; même si j’ai toujours désapprouvé comme beaucoup d’Ivoiriens, la désignation de son président, l’ex-premier ministre Charles Konan Banny, qui noie la présence de personnalités plus crédibles, telles qu’un homme religieux et un chef traditionnel postés à ses côtés pour faire bien.
Ensuite, parce que toute la Côte d’Ivoire était en droit d’aspirer enfin la paix, après tant de mois d’enfer vécus depuis le 28 novembre 2010, j’ai vu dans les trois jours de Deuil national qu’il vous a plu de décréter au mois de mai 2011 avant votre investiture à Yamoussoukro, le signe de votre humilité, de la reconnaissance de votre part de responsabilité dans la crise et du repentir de la république en renouvellement. Ce sont ces raisons qui m’ont amené à accepter de répondre présent à l’invitation que votre cabinet m’avait adressé pour me rendre à l’ouverture de ces journées au Palais présidentiel.
Enfin, alors que beaucoup de vos proches, les « va-t-en guerre », vous poussaient à « éradiquer » le parti de M. Laurent GBAGBO, le Front populaire ivoirien (FPI), dont les membres sont traités par votre famille politique « d’arrogants et de méprisants », je vous ai plutôt vu essayer de leur reconnaître le droit d’exister, conformément à la Constitution de notre pays et au nom de la démocratie. Car vous aviez certainement en mémoire la grave erreur commise à l’époque par votre gouvernement en tentant d’interdire la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), au début des années 1990, lorsque que vous étiez le Premier ministre de Félix Houphouët BOIGNY.
Malgré ces quelques efforts superficiels, le principal défi de votre avènement au pouvoir, préalable à un vrai succès, mais que vous ne paraissez pas en mesure de relever depuis, reste votre volonté réelle à pardonner à vos prédécesseurs avec qui vous avez fait la guerre. Vous semblez plutôt vouloir leur faire payer ce que vous et les vôtres leur reprochez. Et vous espérez que la Justice les écrouera tous, à défaut de les éliminer physiquement. Ainsi, dès que votre régime subit des revers d’une attaque, comme ce fut le cas à la veille du 7 août dernier dans le grand camp militaire d’Akouedo et dans plusieurs localités ces jours-ci, avec ou sans preuves, vous accusez les dirigeants encore libres du FPI. Vous les traquez, vous les faites malmener et vous les faites enfermer. Les arrestations récentes des Ministres Moïse Lida Kouassi, Alphonse Douaty, Koné Katina et de M. Laurent Akoun en sont des illustrations.
Monsieur le Président, où conduisez-vous la Côte d’Ivoire, avec cette politique de chasse aux sorcières ? Jusqu’où comptez-vous arriver avant de faire demi-tour ?
Outre votre handicap personnel et celui de vos proches de vouloir coûte que coûte vous venger des autres ou leur régler leurs comptes, les Ivoiriens souffrent en même temps de l’épineuse question de la sécurité dans le pays. Les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) que vous avez créées le 17 mars 2011 par votre ordonnance pré-constitutionnelle prise à l’Hôtel du Golf, qui vous ont porté au pouvoir grâce au soutien inestimable de l’armée française et qui ne sont composées principalement que des ex-rebelles et des dozos, constituent aujourd’hui le cauchemar des populations ; le vôtre aussi !
Alors que vous ambitionniez reconstruire notre pays, comme vous l’aviez promis dans votre campagne, les FRCI détruisent tout sur votre passage. Elles sont entrain de devenir l’image de votre passage à la présidence de la Côte d’Ivoire. Par leur zèle, ces éléments nous donnent l’impression d’échapper totalement à votre contrôle, parce qu’elles vous ont installé au pouvoir avec l’aide de la France. Qu’est-ce qui prouve alors que les présentes attaques ne sont pas une expression des chantages de leur part ?
En terminant, Monsieur le Président, je voudrais vous assurez que beaucoup d’Ivoiriens vous reprochent exactement les mêmes défauts, erreurs et dérives que vous reprochez au Président GBAGBO et avant lui au Président BEDIE ; si ce n’est davantage.
Alors je vous prie de pardonner.
Pardonnez-leur, sincèrement, ce que vous leur reprochez. Ainsi, les Ivoiriens pourraient vous pardonnez aussi demain. Car, comme le dit l’adage, « à vouloir trop tirer sur la corde, elle finit par se casser ! »
Vous pourriez alors exprimer publiquement votre pardon dans une adresse à la nation.
Vous pourriez soumettre au Parlement un projet de loi d’amnistie, pour tous les pro-GBAGBO, comme l’avait fait votre prédécesseur pour la rébellion, au retour de Linas Marcoussis en 2003.
Vous pourriez libérer, sans condition aucune, l’ex-première dame Simone Ehivet GBAGBO, le brillant universitaire Aké N’Gbo, l’universitaire Michel GBAGBO, MM. Affi N’Guessan, Aboudramane Sangaré, Jean-Jaques Béchio, Mme Broh Grébé, le vaillant syndicaliste Basile Mahan Gahié…, tous les prisonniers politiques.
Vous pourriez même écrire à la Cour pénale internationale (CPI), lui demandant de sursoir au procès de M. Laurent GBAGBO, parce que l’état de Côte d’Ivoire retire sa plainte au motif qu’elle dispose de moyens et de compétences pour juger ses propres ressortissants.
Vous pourriez permettre à tous les exilés, à tous ces cadres et étudiants, mais aussi aux corps habillés en cavale, de rentrer au pays dans la dignité et l’honneur.
Si vous le faisiez, Monsieur le Président, vous ne seriez peut-être pas le Président ivoirien le plus aimé, certes ; mais vous seriez sans doute reconnu comme un grand homme politique, qui aurait su se faire pardonner par son peuple en désarmant tous ses adversaires politiques. Et aucune des victimes de cette longue crise ne vous en blâmerait. Et il n’y aurait plus d’attaques contre votre régime jusqu’aux élections de 2015.
Bien au contraire, la Côte d’Ivoire et tous les Ivoiriens vous en seraient infiniment reconnaissants d’avoir fait vivre la Réconciliation et renaitre l’Espoir.
Je vous prie sincèrement, Monsieur le Président Alassane OUATTARA, d’opter pour la Paix et la stabilité retrouvées en Côte d’Ivoire en changeant radicalement de politique, plutôt que de perdurer dans la violence et le chaos qui pourraient vous emporter.
POUR LA RENAISSANCE DE LA CÔTE D’IVOIRE !

Dr BOGA Sako Gervai

• Enseignant-Chercheur à l’Université de Côte d’Ivoire ;
• Membre de la Commission Nationale des Droits de l’Homme
de Côte d’Ivoire (CNDHCI) ;
• Président de la Fondation Ivoirienne pour
Les Droits de l’Homme et la vie Politique (FIDHOP) ;
• Auteur du livre publié à L’Harmattan en 2007 : « Les Droits de l’Homme à l’épreuve :
cas de la crise ivoirienne du 19 septembre 2002 »  et de
« LA GUERRE D’ABIDJAN n’aurait jamais dû avoir lieu », avec pour sous-titre : « Et si M. Sarkozy avait trompé le monde entier sur la crise ivoirienne de 2010 ? » paru en Italie en 2012.   
En EXIL en Europe.

  • Dim 16 Sep 2012
  • 0 Commentaire(s)
  • Imprimer
  • Partager avec
Visitée fois
 

Poser un commentaire

Code de sécurité

0 Commentaire(s)

[Aucun commentaire n'a encore été publié]
  • À DIEU PAPA MANDELA! LIBEREZ NELSON MANDELA!

    PAPA MANDELA, en toi, le monde entier a pu voir l'Afrique qui est injustement persécutée, violée, violentée, esclavagisée, exploitée, emprisonnée à cause de ses richesses inestimables... Et puis en toi, le monde entier a pu decouvrir l'Afrique qui surmonte ses peines, l'injustice subie, qui pardonne, qui aime, qui enseigne la sagesse, l'Amour du prochain, l'hospitalité, la fraternité et la paix a ux vendeurs de guerres,...Lire plus»

    Posté le Ven 06 Déc 2013 par dans
  • L’argent ne circule plus

    Il y a deux jours, j’ai rendu visite à un ami dont l’épouse gère un bar quelque part à Vridi. Lorsque je lui ai demandé comment allaient ses affaires, elle m’a répondu que c’était dur. « Franchement l’argent ne circule plus. Aucun bar ne marche dans le quartier et c’est partout pareil. Sous Gbagbo, lorsque les brouteurs* coupaient** un Blanc, ils venaient claquer leur argent ici Certains pouvaient dépenser plus...Lire plus»

    Posté le Dim 24 Nov 2013 par dans
  • Jusqu'où iront les hommes de Dieu ?

    Cent milliards de francs CFA ! Tel est le préjudice provisoire de la plus vaste escroquerie jamais déplorée au Benin. Et, tenez-vous bien ! Cet exploit a été réalisé par une structure de placements d’argent, ICC-services, avec la complicité et la bénédiction de respectables Eglises évangéliques ! Ô, Seigneur Jésus ! Quand reviendras-tu pour mettre de l’ordre dans ton Eglise ?...Lire plus»

    Posté le Mer 24 Juil 2013 par dans
  • Mamadou Koulibaly, président de LIDER dans le quotidien camerounais Mutations: ''Non, Gbagbo n'a pas gagné les élections''

    Dans cette interview pamphlétaire accordée à « Mutations », un journal Camerounais, Koulibaly Mamadou, président de Lider et ancien compagnon de Laurent Gbagbo, fait un procès en règle du régime Ouattara et tire à boulets rouges sur le pensionnaire de la prison de la Haye, allant jusqu’à affirmer « qu’il n’a pas gagné les élections de 2010 ». Laurent Gbagbo est à la Cour pénale...Lire plus»

    Posté le Dim 02 Juin 2013 par dans
  • À propods du Révérend Pasteur Martin Luther King - QUAND LA JUSTICE ET LA PAIX S'EMBRASSENT

      Nous sommes le 28 août 1963. Debout, face à une foule immense réunie devant le mémorial de Lincoln à Washington, Martin Luther King déclare avec une conviction contagieuse : « Je fais un rêve ! Et ce rêve, c'est qu'un jour tous les hommes se lèveront et comprendront enfin qu'ils sont faits pour vivre ensemble comme des frères... ». Dans le contexte d'un pays déchiré par une ségrégation...Lire plus»

    Posté le Sam 23 Février 2013 par dans
  • Les conseils d'un sexologue: voici comment réussir un préliminaire...

    Le préliminaire, c’est le moment où tout se joue ! Caresses, baisers, massages sensuels mots doux … Ce qui préparent ou non d'ailleurs à l'acte sexuel et à la pénétration. Découvrez nos conseils et nos idées pour réussir vos préliminaires et rendre votre partenaire fou de désir pour vous. Les rapports sexuels se terminent souvent par l'orgasme masculin, et par la pénétration. Cependant,...Lire plus»

    Posté le Mar 27 Nov 2012 par dans
  • Poésie: A toi Roska

      Rien d'autre à te dire que d'un matin au suivant mon idole tu es. Ou aurais-je pu te trouver dans ce vaste monde sans notre malheur? Sache-le si encore personne de près ou de lointain ne te l'avait dit... Amazone moderne et guerrière de foi tu es, femme à l'esprit affuté La Cote d'Ivoire vraie dans ses entrailles de toi tirera sa fierté Intelligente, courageuse, belle, vaillante! Et jamais ne finiraient tous les bons mots... Kaolin, tu manques...Lire plus»

    Posté le Sam 24 Nov 2012 par dans
  • L`entretien avec Monsieur Toussaint Alain, ancien conseiller et ex-porte parole du président de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo (président de 2000 à 2011)

    Mikhail Gamandiy-Egorov, La Voix de la Russie : Monsieur Alain, bonjour ! Vous êtes ancien conseiller et ex-porte-parole du président Ivoirien renversé en avril 2011, Monsieur Laurent Gbagbo. Aujourd’hui vous êtes Président de « Côte d’Ivoire Coalition, INC » et continuez de défendre toujours aussi activement Monsieur Laurent Gbagbo, victime de putsch. On sait que ce putsch a été réalisé non sans la participation...Lire plus»

    Posté le Mar 30 Oct 2012 par dans
  • Simone Gbagbo et les autres prisonniers politiques Un expert de l’Onu fait des révélations sur leurs conditions de détention

    Doudou Diène, expert indépendant de l’Onu, en visite en Côte d’Ivoire depuis quelque temps, a fait des révélations sur les conditions de détention de l’ex-Première dame, Mme Simone Gbagbo, et des autres cadres pro-Gbagbo, détenus par le régime Ouattara, dans le nord du pays, depuis plus d’un an. C’était hier au cours d’une conférence de presse au siège de l’Onuci, à l’hôtel...Lire plus»

    Posté le Lun 15 Oct 2012 par dans
  • Libéré sous caution, mardi Ce que prépare Koné Katinan

    Avec une voix tonique, l'ex-ministre délégué auprès du ministre de l’Économie et des Finances chargé du Budget, dans le gouvernement Gilbert Aké N'Gbo, nous a confié qu'il préparait, dans les prochains jours, une déclaration qu'il rendra publique. Malgré notre insistance pour lui arracher la toute première interview après sa mise en liberté provisoire, Koné Katinan est resté ...Lire plus»

    Posté le Jeu 27 Sep 2012 par dans

PETITION

Pétition : Opération «ENSEMBLE, mettons FIN à la FRANÇAFRIQUE»

Nous lançons l’opéra tion « ENSEMBLE, mettons FIN à l a FRANÇAFRIQUE»    L’opéra tion «ENSEMBLE, mettons FIN à l a FRANÇAFRIQUE»... Lire plus»

Sigez la Ptition | Cliquez Ici

AfricaView Radio

Sondage

Qui est l'homme de l'année 2011 en Côte d'Ivoire?







Annonces Classées

Facebook