fr

en
  • Jeu 23 Ao&u 2012
  • 0 Commentaire(s)
  • Imprimer
  • Partager avec
Tamtam : le réveil du peuple est le nouveau né de l'écrivain Erick-Achille Nkoorick-
Doctorant en langue arabe, consultant en sciences de l’éducation et de la culture et traducteur français- anglais- arabe
par : AFRICAVIEW.NET

A propos de l’auteur

Erick-Achille Nkoo est né en 1982 dans le petit village de Nkolya dans l’arrondissement de Nkolmetet au centre du Cameroun.  Professeur des sciences de l’éducation et de la culture, et enseignant de la langue arabe, Erick-Achille Nkoo est passionné de l’écriture, il est auteur d’un roman, d’un recueil de poèmes, et de plusieurs essaies.

 

Résumé de l’ouvrage 

Tamtam : le réveil du peuple est le titre de ce recueil poétique particulièrement varié aux thèmes divers et nombreux. Une appellation ma foi  significative qui interpelle la conscience des peuples africains àplus de dynamisme et de productivité pour que le développement et la modernité de l’Afrique cessent d’être une utopie. Après avoir définit le rôle de sa plume dans cet environnement qui est sien, Erick-Achille Nkoo transmets dans son recueil de poèmes des sentiments de tristesse et d’amour, d’asservissement, de misère et d’injustice. Sentiments liés à la piètre situation de son peuple qui mérite d’être libéré de la misère et des injustices sociales.  Tamtam apparait donc en bref comme une série intéressante de poèmes engagés qui présentent les maux qui minent notre société ainsi que la conséquence directe de ces maux sur le développement de nos pays africains. L’auteur ne laisse pas en marge ce grand vecteur d’inertie qu’est l’analphabétisme et cette pauvreté qu’il considère comme un opium de l’Afrique.

Quelques morceaux choisis :

Ma plume

                        Maplume appartient au peuple

                         C'est pour lui qu'elle écrit

                         Lui obéit et fait sa volonté

                         Sa bille pointue pique les injustes

                          Qui refusent d'être plus justes

             J'ai vu mon oncle voler

 

J'ai vu mon oncle voler

Puis  s'envoler

 Il s'en est allé en toute quiétude

Sans panique et sans inquiétude

 

Il n'a pas  volé un œuf

Mais un bœuf

L'œuf est tout petit

Le bœuf au moins lui suffit

 

J'ai vu mon oncle voler

Dans sa mallette, des billets cambriolés                                                                      

Qu'il prétend avoir eu par décret

Il les comptait tout discret

Me suppliant de garder son secret

 

 Mon oncle est un Ministre

Qui met l'économie du pays en sinistre

Gestionnaire indélicat de la fortune publique

Rue de la joie Prostituée trouble de l'ordre public.

Monsieur le ministre au dessus de la loi

Mon oncle ministre féroce animal

Vole sans savoir que cela peut-être fatal

 

Mon oncle  n'a pas volé un œuf

Mais un bœuf

L'œuf est tout petit

Le bœuf au moins lui suffit

 

 

 

 

 

 Poète

Poète qui écrit

Romancier qui décrit

Ecrire  pour être libre

Et libérer ce peuple en déséquilibre

Qui souffre des avanies humaines

Pour lequel tant de peine

Poète qui protège les siens

Sous la pression des mberés gardien du bien

Monsieur interdit de tout écrire

Mais pourquoi…..?

 Parce que c'est moi le patron

N'osez plus écrire un seul mot poltron

Voulez vous vivre tranquille tout émue?

Arrêtez donc ces poèmes crus

Ah souvenez-vous du prêtre assassiné?

Poète comme vous très engagé

Dernier avertissement à vous donner

A défaut  votre fin va sonner

Pourquoi un tel conseil

Quand on ne peut faire pareil

 

 

 

       Le fonctionnaire de chez nous

 

       Le fonctionnaire de chez nous

Travaille au nom de l’Etat ;

                                       Mange au nom de l’Etat ;

                                      Boit au  nom  de l’Etat ;

                                       Dort au nom  de l’Etat ;

                                      Pisse au nom de l’Etat 

           Défèque au nom  de l’Etat ;

       Respire au nom de l’Etat 

Ment au nom de l’Etat 

Abuse le peuple au nom de l’Etat

 Vole au nom de l’Etat

Et ruine l’Etat au nom de l’Etat

 

Familial

Mon ami était mon père

Il avait même épousé ma sœur

Et moi j’avais sans savoir sa fille

Il était donc mon beau-frère

Etant aussi mon beau père

C’est après que je le su

Lui non plus ne le savait.

Pour ses fils j’étais un oncle

En même temps c’était mes frères,

C’est Apres que je le su

Lui non plus ne le savait.

Et ma mère chez l’oncle SAM

Rencontrant un monsieur imposant

L’épousant maria grand-père,

Faisant de moi frère de mon père

Car leurs enfants étaient mes frères

C’est après que je le su

Lui non plus ne le savait

Et c’est ainsi que je devins :

Fils ;beau-fils ;frère et beau-frère de mon père désordonné

Qui pouvait donc dire quoi a qui et en tant que qui ?

Handsome incolor

 

Petite dame

Petite dame de mes nuits, source de mes désirs

Laisse-moi m’endormir sur ton plateau ensoleillée

Aux deux monts charnuset fidèles de ma bouche d’enfant.

Laisse-moi me balader sur l’héritage de tes parents

Terrain de tendres paysages aux petits chemins d’extase.

Petite dame de mes rêves d’espoir,

Sans peines et sans amendes je veux connaitre ta maternité.

Dame de mes petits secrets, emmène-moi á Morphée cette nuit.

 

Handsome incolor

 

La vraie grandeur

Mais je jure par Dieu ! je te le dis

Je me plairais un peu fade Si tu étais un ange.

Je t’aime imparfaite,

Car c’est tuer l’honneur qui sied en moi

Que tu sois ange et moi Homme

Pas déjà facile d’être Homme a côté de Dieu !

Pèche  contre moi pour que je te pardonne

Je veux te pardonner

 

Handsome Incolor

 

Réponse rouge

Et la femme répondit d’un air adouci

Se faisant importante

Aussi charmante qu’un diamant,

A cette bêtise d’homme qui se croit tout en somme :

«Qu’étais tu donc ?

Qu’un pauvre homme vivant sans goût

Dans un endroit sans égouts

Qui te mettait dans le dégoût ! »

Ajoutant comme elle sait changer :

« Pauvre malheureux ! »

 

Handsome incolor

 

Enigme

En somme je suis malheureux

En somme je pourrais être Dieu ?

Somme toute je suis deux choses

Jamais l’une sans l’autre

En somme je suis un Homme

Mais, beaucoup plus clément alors !

Handsome  incolor

 

Ce n’était pas grave pour eux

Et la terre noire et fertile était inculte

Et tous les villages se vidaient

Et les jupes devenaient plus courtes

Et le tableau était sombre

Et  il n’y avait point d’effort

Et l’ouverture sacrée était une poubelle

Et les vieillards mourraient

Et les cases étaient sans rajeunissement

Et les bananes pourrissaient dans les villages

Et la ville était abondée de mendiants

Et le faux se mixait avec le vrai

Et les ayant droit mourraient de faim

Et on ne savait plus qui était qui ?

Et le monde était irraisonné

Et on était trop occupé par des diners

Et des comptes d’argent extorqué aux citoyens impuissants

 Handsome incolor

Achat et vente

Paru chez EdiLivre
Prix: 11,92 €
ISBN : 9782332510631

Consultez l’ouvrage en ligne

http://www.edilivre.com/tamtam-erick-achille-nkoo.html

  • Jeu 23 Ao&u 2012
  • 0 Commentaire(s)
  • Imprimer
  • Partager avec
Visitée fois
 

Poser un commentaire

Code de sécurité

0 Commentaire(s)

[Aucun commentaire n'a encore été publié]

PETITION

Pétition : Opération «ENSEMBLE, mettons FIN à la FRANÇAFRIQUE»

Nous lançons l’opéra tion « ENSEMBLE, mettons FIN à l a FRANÇAFRIQUE»    L’opéra tion «ENSEMBLE, mettons FIN à l a FRANÇAFRIQUE»... Lire plus»

Sigez la Ptition | Cliquez Ici

AfricaView Radio

Sondage

Qui est l'homme de l'année 2011 en Côte d'Ivoire?







Annonces Classées

Facebook