fr

en
  • Mar 24 Jan 2012
  • 0 Commentaire(s)
  • Imprimer
  • Partager avec
SANTE : la redoutable évolution du cancer en Afrique
par : Jeune Afrique

Le paludisme et le sida font oublier que le cancer fait aussi des ravages sur le continent. Or sa progression y est des plus alarmantes. Une bataille sanitaire de grande ampleur doit s'engager d'urgence, qu'aucun pays ne peut gagner seul. Le cancer tue plus que le paludisme, la tuberculose et le sida réunis. À l'échelle mondiale, il cause plus de 7 millions (13 %) des décès chaque année. Et l'Afrique n'est pas épargnée. Loin de là. Si des mesures de prévention ne sont pas prises d'urgence, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) prévoit que, d'ici à 2030, y seront enregistrés entre 800000 et 1,6 million de nouveaux cas de cancer et entre 500 000 et 1,2 million de décès par an (soit 20 % de la charge de morbidité du continent). Un constat d'autant plus alarmant que ces estimations s'avouent sous-évaluées, faute de registres fiables qui répertorient l'ensemble des cas et des pathologies dans les différents pays.

Diagnostic tardif
Absence de prévention, tabou de la maladie, diagnostic tardif, indigence des infrastructures, pénurie de personnel qualifié… À tous les niveaux de la chaîne, le manque de moyens est criant. Sur le plan de la prévention, des équipements, comme de l'accès aux traitements et aux soins palliatifs, le Maghreb et l'Afrique du Sud affichent une longueur d'avance. Le reste de l'Afrique subsaharienne arrive loin derrière. «Plus de 70 % des malades ne se rendent dans les structures de prise en charge que lorsqu'il est déjà trop tard», explique le cancérologue camerounais Paul Ndom, président de l'ONG Solidarité Chimiothérapie (Sochimio). Résultat : le taux de mortalité par cancer atteint 75 % dans certains pays.

Selon l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), la radiothérapie, utilisée efficacement sur plus de la moitié des malades dans les pays développés, n'est accessible que dans 21 des 54 pays du continent (couvrant moins de 20 % de la population totale), où elle est parfois vétuste et peut s'avérer dangereuse. Du côté des praticiens, le cas de la Côte d'Ivoire (qui a validé son Programme national de lutte contre le cancer en 2009) est éloquent : pour 21 millions d'habitants, le pays ne comptait en 2011 que 4 cancérologues…

Coût des traitements
L'accès aux thérapies, quand elles sont disponibles, se heurte à un problème de coût, que l'offre maghrébine, indienne et sud-africaine en génériques ne suffit pas à résoudre. Quelques laboratoires s'efforcent d'y remédier. Fin novembre 2011, un partenariat a été signé entre l'algérien Biopharm et le britannique AstraZeneca pour la production de traitements anticancéreux qui devraient couvrir, à terme, 70 % des besoins en Algérie. De grands laboratoires occidentaux soutiennent par ailleurs le financement d'infrastructures et d'équipements, et offrent tout ou partie des traitements. Par exemple, le programme « Accès » du suisse Roche permet aux patients à revenus modestes, au Maroc et en Mauritanie, de bénéficier de traitements innovants à moitié prix.

Reste qu'il est difficile de sortir de l'impasse en l'absence manifeste de volonté politique et de programmes cohérents, financés et durables. Aucun pays au monde ne peut prétendre vouloir lutter contre le cancer sans avoir mis en œuvre un plan national à cet effet. Ce qui implique l'existence réelle d'un registre national et d'un plan d'infrastructures, sans oublier le volet prévention. Certains pays ont engagé des plans nationaux, notamment ceux du Maghreb. En revanche, ainsi que le souligne le professeur guinéen Namory Keita, «hormis l'Afrique du Sud, qui a fait un grand pas dans ce sens, tous les pays au sud du Sahara font traîner l'application de leurs plans nationaux . Et pour cause : alors que les pays africains se sont engagés, à travers la Déclaration d'Abuja de 2001, à affecter 15 % de leur PIB au secteur de la santé, ils n'y consacrent en moyenne que 3 %, ciblant en priorité le sida, le paludisme et la tuberculose.

Promesses
Cela étant, même en y accordant une politique volontariste, aucun pays n'est susceptible de faire face, seul, aux coûts élevés incontournables à tous les niveaux. D'où l'importance du secteur privé et des réseaux Nord-Sud, mais aussi Sud-Sud, qui se mettent en place entre chercheurs, praticiens, laboratoires, associations de professionnels et de la société civile. Dans le sillage de l'Organisation africaine pour la recherche et l'enseignement sur le cancer (Oarec), fondée en 1983, ou encore d'Afrocancer, créée en 2005, l'Africa Cancer Foundation a été lancée au Kenya en avril 2011. «C'est le réseau associatif qui fait évoluer les choses, avec au premier rang l'Association Lalla Salma contre le cancer, au Maroc, qui n'a pas d'équivalent en Afrique», souligne le cancérologue sénégalais Adama Ly. De leur côté, les organisations internationales multiplient les démarches, à l'image de l'AIEA avec son programme d'action pour la radiothérapie contre le cancer.
Face aux promesses gouvernementales non tenues et aux plans inachevés ou virtuels, c'est de ces partenariats que viendront les progrès. «Dans de nombreuses localités rurales et dans certains bidonvilles, les acteurs privés sont les seuls prestataires de santé», a rappelé le docteur Khama Rogo, responsable de l'Initiative santé en Afrique à la Banque mondiale, lors de la réunion de l'Assemblée des ministres de la Santé de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), le 5 décembre, à Dakar. Le secteur privé semble en tout cas être le seul à même, pour l'instant, d'accélérer la réalisation d'objectifs sanitaires en espérant qu'à terme la lutte contre le cancer puisse être intégrée aux Objectifs du millénaire pour le développement définis par l'ONU. Un Graal synonyme de manne financière.

Jeuneafrique.com

  • Mar 24 Jan 2012
  • 0 Commentaire(s)
  • Imprimer
  • Partager avec
Visitée fois
 

Poser un commentaire

Code de sécurité

0 Commentaire(s)

[Aucun commentaire n'a encore été publié]
  • Centre Hospitalier Universitaire (Chu) de Cocody Une jeune fille de 16 ans traumatisée par les morts

    Une jeune fille de 16 ans qui venait de passer 48 heures au chevet de sa grande soeur aux urgences du Chu de Cocody, en est sortie profondément marquée par le spectacle auquel elle venait d’assister. C’est donc sous le choc qu’elle a décidé de se confier à « L’Eléphant » le 19 juin 2012 afin de crier son indignation devant l’attitude des médecins. Après avoir recueilli son témoignage authentique que nous...Lire plus»

    Posté le Lun 25 Juin 2012 par dans
  • Urgences du CHU de Cocody : On dirait la fin du monde…

    Un tour aux services des urgences du Chu de Cocody et même le plus athée d’entre les Ivoiriens remettrait sa vie à Dieu. A la suite du témoignage poignant de cette jeune fille, «L’Eléphant » s’est rendu au Chu de Cocody et y a réalisé que malgré les discours officiels, les hôpitaux publics méritent plus le nom de boucherie que de lieux de sauvetage de vies humaines. Aux urgences du Chu de Cocody, la première...Lire plus»

    Posté le Lun 25 Juin 2012 par dans
  • Mugefci / Bons dans les pharmacies : Koné Kafana annonce la fin des quotas

    Le ministre d’Etat, ministre de l’Emploi, des Affaires Sociales et de la Solidarité a reçu à leur demande, la Confédération des syndicats des fonctionnaires de Côte d’Ivoire. La rencontre qui s’est déroulée le mercredi 2 mai 2012 au cabinet de M. Gilbert Kafana Koné a été l’occasion pour le ministre de faire le point sur les dernières évolutions dans l’affaire de la Mutuelle générale...Lire plus»

    Posté le Ven 04 Mai 2012 par dans
  • Santé / N’Dri Yoman aux agents des Escom : « Vos salaires seront positionnés cette semaine »

    Maillons essentiels dans la conduite de la politique de gratuité de soins initiée par le chef de l’Etat, les agents des Etablissements de la santé communautaire (Escom), pourront, dans le cours de cette semaine, percevoir leurs salaires qu’ils revendiquent depuis quelques temps. Cette assurance a été donnée par la ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida, le Pr. Thérèse N’Dri Yoman. C’était le 1er mai 2012,...Lire plus»

    Posté le Mer 02 Mai 2012 par dans
  • SANTE : la redoutable évolution du cancer en Afrique

    Le paludisme et le sida font oublier que le cancer fait aussi des ravages sur le continent. Or sa progression y est des plus alarmantes. Une bataille sanitaire de grande ampleur doit s'engager d'urgence, qu'aucun pays ne peut gagner seul. Le cancer tue plus que le paludisme, la tuberculose et le sida réunis. À l'échelle mondiale, il cause plus de 7 millions (13 %) des décès chaque année. Et l'Afrique n'est pas épargnée. Loin de ...Lire plus»

    Posté le Mar 24 Jan 2012 par dans
  • SANTE : 6 symptômes qu’un homme ne peut ignorer

    Toutes les femmes le savent : confrontés aux bobos du quotidien, les hommes deviennent de petites choses fragiles. Votre chéri s’est coupé avec une enveloppe ? Pas besoin d’appeler les pompiers, expliquez-lui qu’on est encore loin de l’hémorragie… Par contre, aidez-le à rester attentif à ces autres symptômes souvent mésestimés. 1/ Un mal de dos Quoi de plus banal qu’un mal de dos ? Une étude...Lire plus»

    Posté le Lun 19 Déc 2011 par dans
  • CAN CADETS 2011: la Gambie, le Congo et le Mali adversaires des Eléphanteaux

    La Confédération Africaine de Football a procédé, ce samedi 27 novembre 2010, au Lake Kivu Serena Hotel à Gisenyi (Rwanda), au tirage au sort de la CAN U-17 en présence du Ministre rwandais de la Jeunesse et des Sports et du Président de la Fédération Rwandaise de Football. Les huit équipes ont été réparties en deux poules de quatre : Groupe A : Rwanda, Burkina Faso, Sénégal, Egypte Groupe B : Gambie, Congo,...Lire plus»

    Posté le Dim 28 Nov 2010 par dans
  • FOOTBALL: voici le top 10 des championnats du continent

    Si les meilleurs joueurs africains évoluent en Europe dans les meilleurs championnats du monde, au niveau local, quel est le meilleur championnat du continent? Le très sérieux International Federation of Football History & Statistics (IFFHS) s'est penché sur la question. Selon son rapport publié par Afrik.com, le championnat d'Egypte est le meilleur championnat d'Afrique, devant la Tunisie, le Nigeria, le Maroc, l'Afrique du Sud, le Cameroun, l'Algérie...Lire plus»

    Posté le Jeu 11 Nov 2010 par dans
  • ASEC ABIDJAN : Sébastien Desabre nouvel entraîneur

    Sébastien Desabre est le nouvel entraîneur de l'ASEC Mimosas, champion de Côte d'Ivoire. Sébastien Desabre, 35 ans, qui dirigeait le club de Cannet-Rocheville (CFA 2) succède à l'Ivoirien Maxime Gouaméné. Le technicien français a été recommandé à l'ASEC Mimosas par son compatriote Hervé Renard, annoncé dans un premier temps pour prendre les rênes du club ivoirien, le plus titré...Lire plus»

    Posté le Sam 30 Oct 2010 par dans
  • GNANZI GUELA ANICET (Dir. De l’ONS) : “les fédérations ne nous facilitent pas la tâche”

    Depuis six mois, l’ancien directeur de l’Agence nationale de rénovation urbaine, a en charge l’Office national des sports. Son plus grand rêve est de réaliser la construction du stade de Grand-Bassam. Qu’est-ce qui justifie, selon-vous, ce choix? Mon expérience dans le milieu de la construction a milité en ma faveur. Parce qu’avant d’être au ministère de la Ville et de la Salubrité urbaine, j’ai été...Lire plus»

    Posté le Sam 02 Oct 2010 par dans

PETITION

Pétition : Opération «ENSEMBLE, mettons FIN à la FRANÇAFRIQUE»

Nous lançons l’opéra tion « ENSEMBLE, mettons FIN à l a FRANÇAFRIQUE»    L’opéra tion «ENSEMBLE, mettons FIN à l a FRANÇAFRIQUE»... Lire plus»

Sigez la Pétition | Cliquez Ici

AfricaView Radio

Sondage

Qui est l'homme de l'année 2011 en Côte d'Ivoire?







Annonces Classées

Facebook