fr

en
  • Dim 18 Déc 2011
  • 0 Commentaire(s)
  • Imprimer
  • Partager avec
Petits commerces de survie: La colère des jeunes Ivoiriens d’Adjamé
par : RFI

En Côte d’Ivoire, des jeunes sont en colère dans la commune populaire d’Adjamé, à Abidjan. Des éléments des FRCI, les Forces républicaines de Côte d’Ivoire, les empêchent de travailler. Plus de 2 800 étudiants ou diplômés au chômage, qui se sont tournées vers le secteur informel, se croyaient visés par la politique en cours de démolition des commerces illégaux.

Au black market (marché noir) d’Adjamé, une rue d’environ 300 m de long. Des boutiques de part et d’autre. Un parking sur un côté, occupé depuis des années par des vendeurs de téléphones portables. Près 70% d’entre eux sont des jeunes ou d’anciens diplômés au chômage et des étudiants.

La semaine dernière, dans la nuit de jeudi à vendredi, les caisses sur lesquelles ils étalent leurs marchandises ont été détruites. Ils n’ont constaté les dégâts que le lendemain. Qui sont les auteurs de cette destruction ? « Nous avons vu des élément des FRCI sur le terrain qui empêchent les jeunes de rester sur le parking du marché », explique le porte-parole des jeunes du black market d’Adjamé, Soumaïla Diarrassouba.

Etudiante en droit depuis une dizaine d’années, Aminata Yasmine Fofana reconnaît que ce qu’elle fait est illégal. Mais « il y a le droit aussi à la survie. Depuis près de six jours on ne travaille pas, on ne fait rien, on est dans le désarroi total. J’ai mon dernier petit frère qui passe son BTS l’année prochaine, cette année j’ai payé ses cours et c’est grâce au black market ».

Très remonté mais contenant sa colère, Abdoulaye Doumbia, qui avait rejoint les FRCI en mars dernier, ne comprend pas l’acharnement contre le black d’Adjamé. « Ca fait cinq ans que je paye le montant des taxes qu’ils demandent ici. Je ne vole pas ».

Plusieurs destins se croisent au black d’Adjamé. Comme ce diplômé en communication commerciale depuis 1998, qui s’est tourné vers le secteur informel et qui se retrouve au milieu des plus jeunes que lui, faute d‘avoir trouvé un emploi. Les jeunes du black d’Adjamé affirment que l’initiative de les empêcher de travailler n’a pas été prise par le gouvernement.

  • Dim 18 Déc 2011
  • 0 Commentaire(s)
  • Imprimer
  • Partager avec
Visitée fois
 

Poser un commentaire

Code de sécurité

0 Commentaire(s)

[Aucun commentaire n'a encore été publié]
  • Signature de convention : LA BHCI et SOMAVIE pour un partenariat gagnant-gagnant

    La compagnie d’assurance SOMAVIE et la banque de l’habitat de Côte d’Ivoire(BHCI) ont signé le mercredi 11 Avril 2012, une convention d’assuran ce pour répondre aux préoccupations de leur clientèle. La banque de l’habitat de Côte d’Ivoire(BHCI) a signé un partenariat avec la SOMAVIE dans le but de répondre aux préoccupations de sa clientèle. C’était le mercredi 11 avril 2012 au siège ...Lire plus»

    Posté le Lun 23 Avr 2012 par dans
  • Reportage / Poulet, viande, tomates... : Les prix des denrées alimentaires ont flambé

    Samedi 7 avril 2012, à la veille de la fête officielle, notre équipe de reportage s’est rendue à l’abattoir de Port-Bouët, le plus grand du genre sur le territoire ivoirien. Direction les enclos de volailles pris d’assaut par des centaines de personnes en quête du meilleur poulet devant servir à la confection des différents mets. Mais, le prix du poulet est dissuasif pour les nombreux acheteurs qui se sont rendus sur les lieux. Il était...Lire plus»

    Posté le Mar 10 Avr 2012 par dans
  • Taxi-compteurs : La patente augmente de 20.500 Fcfa, les propriétaires grognent

    Le s prix prennent de l’ascenseur dans notre pays. En plus de la flambée généralisée et la prochaine entrée en vigueur du mécanisme de fixation automatique du prix du litre des produits pétroliers à la pompe, annoncé pour courant juil le t 2012, l’univers des taxi-compteurs est en mouvement. Car, des propriétaires des véhicu le s devraient désormais payer le surplus de 20500 francs cfa, alors que cette somme représente...Lire plus»

    Posté le Ven 06 Avr 2012 par dans
  • Petits commerces de survie: La colère des jeunes Ivoiriens d’Adjamé

    En Côte d’Ivoire, des jeunes sont en colère dans la commune populaire d’Adjamé, à Abidjan. Des éléments des FRCI, les Forces républicaines de Côte d’Ivoire, les empêchent de travailler. Plus de 2 800 étudiants ou diplômés au chômage, qui se sont tournées vers le secteur informel, se croyaient visés par la politique en cours de démolition des commerces illégaux. Au black market...Lire plus»

    Posté le Dim 18 Déc 2011 par dans

PETITION

Pétition : Opération «ENSEMBLE, mettons FIN à la FRANÇAFRIQUE»

Nous lançons l’opéra tion « ENSEMBLE, mettons FIN à l a FRANÇAFRIQUE»    L’opéra tion «ENSEMBLE, mettons FIN à l a FRANÇAFRIQUE»... Lire plus»

Sigez la Ptition | Cliquez Ici

AfricaView Radio

Sondage

Qui est l'homme de l'année 2011 en Côte d'Ivoire?







Annonces Classées

Facebook